Le travail de Wilhelm Mundt échappe aux principes traditionnels de recherche de forme dans la création sculpturale, ainsi qu'à l'esthétique du ready-made, même si le point de depart de son travail se trouve dans les résidus de son atelier. Le noyau de son oeuvre est constitué de ces déchets d'atelier, qui sont ensuite recouverts par des couches de polyester et de fibre de verre. Sur ces éléments sont soudés précisemment des pièces d'aluminium. Ce processus est pris en charge par une fonderie, dont on peut dire qu'elle optimise le processus de travail de l'artiste. Il en résulte les Trashstones (Pierres-déchets) à la surface claire et lisse dans laquelle se reflète l‘environnement et qui évoquent des débris de comètes venus de l'espace.

 

#Trashstone 182, 2000 résidus d’atelier, aluminium, ca.80 x 85 x 68 cm